Affaire Giraud Lherbier : une lettre clé ?

Alors que l’enquête était au point mort, une lettre pourrait avoir une importance capitale. Avec ce document, l’accusation décidera si Katia Lherbier et Mme Van Kempen étaient seulement colocataires ou formaient un couple. La lettre permettrait de donner un mobile au double meurtre. Mais même cette thèse est fragile. La rencontre entre Katia Lherbier et Géraldine Giraud a lieu en septembre 2004, et coïncide avec le déménagement de la première. Est-il pour autant imaginable que Marie-Christine Van Kempen, mue par le dépit amoureux et un insubmersible désir de vengeance, ait organisé le meurtre en quelques semaines ? Les avocats de la professeure de chant chercheront probablement à minimiser l’importance de cette lettre, qui est la seule pièce l’impliquant à nouveau dans le double meurtre. Mais les enquêteurs sont convaincus que les deux femmes ont été assassinées dans la cave de Marie-Christine Van Kempen. Reste la question de l’argent, dans l’hypothèse « du complot ». La vie modeste de la professeure de chant à Sens ne lui permettait pas de payer un homme de main. Le maigre butin des cartes bleues non plus.

Par Yves Junger


Lettre d’informations

Si vous souhaitez être informé(e) dès qu'un nouvel article est publié sur le site, vous pouvez vous inscrire à la lettre d'informations.

Contact Form

Please fill below form if you have any query with us.

Name cannot be blank.
Subject cannot be blank.
Message cannot be blank.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire