Cécile Roumiguière : “Je tresse des fils entre les souvenirs des gens que je rencontre et ma documentation.”

Seule auteure invitée des estivales de l’illustration de Sarrant, Cécile Roumiguière, la cinquantaine, ne publie des livres que depuis une dizaine d’années. Manque de talent ? Pas du tout. Elle multiplie les récompenses dans la France entière. Cette Aveyronnaise d’origine remplit le pari d’écrire des livres poétiques ancrés dans la réalité. Dans “fil de soie”, elle évoque le génocide des Rroms lors de la seconde guerre mondiale, et dans Lily, son dernier roman destiné aux adolescents, elle utilise comme toile de fond la guerre d’Algérie. Par sa sensibilité, sa délicatesse, la justesse des images et ses personnages forts, elle nous émeut et nous fait réfléchir à la fois. Bien que destinés aux enfants ou aux adolescents en premier lieu, les adultes peuvent aussi y trouver leur compte. Rencontre le dimanche 19 juillet 2015.

 

Pouvez-vous résumer votre parcours ?

Avez-vous rencontré des obstacles ? Comment les avez-vous contournés ?

Vos livres sont plutôt mélancoliques et poétiques. N’est-ce pas un frein à la publication ?

Vos livres abordent des thèmes très durs comme le génocide des Rroms ou la guerre d’Algérie. Comment réussissez-vous à parler de ça aux enfants ?

Comment construisez-vous vos personnages ? Vous recueillez des témoignages qui ont survécu à ces événements ?

Comment construisez-vous vos romans ? Vous faîtes un plan avec toute l’histoire ou vous écrivez au fil de la plume ?

Et la fin, vous la connaissez dès le début ?

Choisissez-vous vos illustrateurs ou sont-ils imposés par l’éditeur ?

Sarrant est-il un lieu privilégié pour créer de nouveaux projets avec des illustrateurs ?

Propos recueillis par Thomas Arlès

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.