Oldelaf : “J’animerais bien une émission de variétés avec Didier Super sur France 2 à la place de Michel Drucker”

Le chanteur Olivier Delafosse, dit Oldelaf, partageait l’affiche avec Didier Super le mardi 30 octobre 2012 au Bikini de Ramonville. Un concert exceptionnel programmé dans le cadre du festival de l’humour noir sur la ville rose. Malgré ses chroniques chez Drucker et le succès très médiatique de sa “tristitude”, le chanteur n’a pas pris la grosse tête, reste très naturel, et utilise souvent l’humour dans ses réponses. Entretien réalisé quelques heures avant son entrée en scène. Avec la participation amicale de Didier Super.

Vous montez sur scène ce soir avec Didier Super. Comment l’avez-vous rencontré ? Que pensez-vous de sa démarche artistique ?

Lui ne semble pas avoir de limites dans son humour. En avez-vous ? Quelles sont les vôtres ?

Vous réalisez une chronique chez Drucker sur Europe 1 sous la forme d’une chanson. N’avez-vous pas peur que certains disent que vous vous tirez une balle dans le pied en chantant chez le journaliste le plus consensuel du PAF ?

Vous avez donc une liberté d’expression chez Drucker, et ne vous ne semblez pas avoir de consignes particulières…

Vous utilisez beaucoup les réseaux sociaux pour faire participer votre public. Définissez-vous comme un artiste populaire ?

Votre succès médiatique repose essentiellement sur un titre, “la tristitude”. N’avez-vous pas peur d’être catalogué comme le chanteur de la tristitude et uniquement ? Comment anticipez-vous l’après-tristitude ?

Vos chansons font souvent référence à des choses anecdotiques du quotidien. Le tournez-vous en dérision pour le rendre plus supportable ?

“Le testament” fait référence à des choses plus intimes. Est-ce que l’humour permet de faciliter l’expression de ce que vous avez sur le cœur ?

Vous avez doublé un personnage de la série animée “Wakfu”. Comment avez-vous été sollicité pour cela ? Est-ce que ça vous a donné envie de faire d’autres doublages ?

Vous avez écrit le conte musical pour enfants “Bête et méchant”. Comment avez-vous eu cette idée ?

Comment réussissez-vous à garder une cohérence en multipliant toutes ces activités ? Avez-vous un plan de carrière, mise à part lécher les bottes de M. Copé ou de M. Bertrand ?

Définissez-vous comme un adulescent ?

Propos recueillis par Thomas Arlès

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire