Souha Béchara : “Le Hezbollah est devenu la tête de la résistance.”

Lorsqu’on voit Souha Béchara, on se s’imagine pas le calvaire qu’elle a pu vivre. Invitée de l’association Coup pour Coup le samedi 25 février 2012 à l’Université Toulouse Le Mirail, la petite femme brune, mince et souriante, est une grande figure de la résistance libanaise face à Israël. Elle a été prisonnière du camp de Khiam dans le Liban du Sud pendant dix ans. Torturée régulièrement à l’électricité, elle a connu aussi l’issolement pendant six ans. Elle devait séjourner dans une pièce de 90 cm², plongée dans le noir. Pourquoi a-t-elle subi toutes ces horreurs ? En 1988, alors militante du parti communiste libanais, elle s’infiltre chez Antoine Lahad en se faisant passer pour une professeure d’aérobic. L’homme est le chef de l’Armée du Liban du Sud, alliée à Israël. Pour la jeune résistante, il doit mourir. Elle lui tire deux balles dessus. Le militaire survit à cette attaque, mais reste paralysé du bras gauche. Souha Béchara est aussitôt arrêtée et conduite au camp de Khiam. Aucun procès n’a lieu. Si elle vit aujourd’hui des jours plus heureux en afamille à Genève, Souha Béchara a gardé son âme de résistante si bien qu’elle comprend les agissements du Hezbollah. Entretien.

Quel est le projet de société du Hezbollah ?

Comment expliquez-vous que de nombreux chrétiens soutiennent le Hezbollah y compris Michel Semaha qui a fait partie des Phalanges libanaises ?

Beaucoup de ces chrétiens qui soutiennent le Hezbollah affirment que le parti a abandonné son projet de société islamique. Qu’en est-il ?

Après la guerre de 2006, Le Hezbollah a beaucoup aidé les populations civiles financièrement et matériellement. N’était-ce pas un moyen pour le parti d’acheter des soutiens ?

Pour beaucoup, la Syrie financerait en partie le Hezbollah. Pensez-vous que si le régime de Bachar Al Assad venait à tomber, le parti de Dieu serait affaibli ?

Le camp de Khiam où vous avez été incarcérée 10 ans a été détruit par des bombardements israéliens en 2006. Qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ?

Jean Homsi, le directeur du camp de Khiam tortionnaire, est toujours en vie. Que lui diriez-vous si vous le croisiez aujourd’hui ? Savez-vous où il se trouve ?

Les Libanais ayant collaboré avec Israël et son alliée, l’armée du Liban du Sud, seront-ils un jour amnistiés ?

Antoine Lahad, le chef de l’ALS, que vous avez tenté d’assassiner à son domicile gère aujourd’hui un restaurant à Tel Aviv. Il s’exprime souvent sur le Liban à la télévision israélienne. Lorsque vous le voyez, avez-vous des regrets ?

Avez-vous gardé des contacts avec vos deux amies co-détenues Hanane et Kifah ?

Georges Ibrahim Abdallah, un autre résistant libanais, est incarcéré à Lannemezan. Le connaissez-vous ? Que pensez-vous de ce dossier ?



Propos recueillis par Thomas Arlès

Pour aller plus loin : “Résistante”, autobiographie de Souha Béchara (JC Lattès, 2000, disponible à la Médiathèque José Cabanis).

Reportage de la TSR “Souha, retour au pays du Hezbollah”

Reportage sur le camp de Khiam après le retrait d’Israël et la dissolution de l’ALS en 2000.
Reportage sur le Hezbollah, France 5, (à partir de 01’25”)


Lettre d’informations

Si vous souhaitez être informé(e) dès qu'un nouvel article est publié sur le site, vous pouvez vous inscrire à la lettre d'informations.

Contact Form

Please fill below form if you have any query with us.

Name cannot be blank.
Subject cannot be blank.
Message cannot be blank.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire