Eternels champs de coton

Mysterieux et immortels champs de coton

Constamment vous changez de forme

Tantôt épais, tantôt dispersés mais toujours vagabonds

Sans cesse, vous vous promenez au-dessus des ormes

Quelle majesté éclatante ressort de votre beauté

Vous êtes encore plus grâcieux qu’un cygne

Magiciens, vous pouvez changer de couleur et de signe

Sans pour autant vous répéter

Votre vue m’évoque la liberté

Seuls les oiseaux ont la chance de vous toucher

Je ne peux que vous contemplez de loin

Car mon cœur est attaché à une motte de foin

Champs de coton, restez dispersés

Car vous êtes aussi beaux qu’irascibles

Par votre rencontre, un combat serait déclenché

Et je ne veux point en être la cible

 

Poème écrit en 2001

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.